interoInstitut-de-beauté-et-de-bien-être-logo

 Le métier et l’emploi de praticien en massage bien-être sont reconnus administrativement et juridiquement :

- Par Pôle-Emploi, établissement public à caractère administratif, qui assure la mission de service public de l’emploi avec les services publics de l’Etat et l’AFPA (Cf. le Code duTravail – articles L5312-1 et suivants sur l’emploi) :
Pôle-Emploi, dans le cadre de sa mission de service public, a créé le Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) et sous le code K1103, identifie « Développement personnel et bien-être de la personne » avec notamment comme
appellations :
Coach en développement personnel, Energéticien/Energéticienne, Intervenant/Intervenante en bioénergie,Intervenant/Intervenante en kinésiologie, en médecine chinoise, en réflexologie plantaire, Praticien/Praticienne en reiki, Praticien/Praticienne en shiatsu, Relaxologue, Sophrologue,
- Par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) qui est une direction générale du ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.
L’Insee, dans sa mission de service public, a créé une classification NAF des APE (activité principale des activités exercées) où sous le code 96.04Z, il identifie l’activité d’ « entretien corporel » où est mentionné expressément « institut de massage » et qui est distinct du classement des esthéticiennes et des masseurs-kinésithérapeutes diplômés d’Etat.
Le classement de l’Insee a pris implicitement une valeur juridique du fait qu’il est cité expressément par le décret relatif à la qualification artisanale et au répertoire des métiers dans son annexe qui a valeur réglementaire (Décret n°98-247 du 2 avril 1998).

Qu’est-ce que le Massage-bien-être? En quoi se différencie-t-il des autres types de massage?

On pourrait dire que tout massage est thérapeuthique dans la mesure où il procure un meilleur état de santé, à condition bien sûr, qu'il soit bien pratiqué.

Cependant, le terme « thérapeutique » est employé en médecine classique occidentale comme réponse face a une pathologie donnée.

Il existe nombreuses approches de massage, ce qui favorise les confusions et les conflits.

Je me permets d’introduire ici un essai de typologie, sachant qu’il y a toujours des problèmes de frontières.

Le modelage esthétique

L’objectif est d’accompagner le soin esthétique du corps d’une véritable détente physique tout en lui donnant un certain tonus.

Il est défini par la Loi. (Loi N96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat- Art 16modifié par la Loi N 2010-853 du 23 juillet 2010- art 48)

« On entend par modelage toute manoeuvre superficielle externe réalisée sur la peau du visage et du corps humain dans un but excluant toute finalité médicale et thérapeutique. Cette manoeuvre peut être soit manuelle, éventuellement pour assurer la pénétration d’un produit cosmétique, soit facilitée par un appareil à visée esthétique. »

Le massage sportif

L’objectif étant d’échauffer avant l’effort les parties du corps qui vont travailler et des les préparer dans leur réactivité, de les entretenir durant la compétition lors des interruptions et d’accélérer la récupération. Bien qu’il s’adresse d’abord et surtout au physique, le mental n’est jamais loin. Le massage du sportif est fondé essentiellement sur le massage « suédois » appelé également « classique » adapté pour la circonstance. Il n’est pas thérapeutique tant que le sportif ne présente pas une pathologie a laquelle, ce massage prétend répondre.

Le massage Thérapeuthique

L’objectif est de répondre par une action thérapeutique à une pathologie. Le praticien apporte un soin curatif ou palliatif par son action. Dans le domaine des pathologies physiques, le massage thérapeutique ne peut être effectué que par un médecin, un osthéopate ou un masseur-kinésithérapeute diplômé d’État. Dans le domaine du mental, le psychologue et le praticien en massage-bien-être peuvent intervenir dans la limite de leurs compétences. Parallèlement, les médecins non conventionnels utilisent également des massages thérapeutiques sous réserve de ne pas tomber sous le coup de l’exercice illégal de la médecine.

Il est certain que les frontières sont par fois ténues avec le massage-bien-être. Dans tous les cas, le corps et l’esprit sont étroitement liés bien que cette notion soit relativement absente des techniques de massage dits thérapeutiques ou médicaux. Les praticiens consciencieux ne négligent pas, pour autant, cette dimension dans l’exercice de leur art.

Le Massage-bien-être

L’objectif est de procurer un bien-être qui subsiste au-delà de la séance de massage. En Occident, la séance elle même doit être source de plaisir immédiat alors qu' en Asie, il est fréquent que la séance soit à la limite de la douleur selon l’adage que « c’est quand ça fait mal que ça fait du bien ! »

Un massage-bien-être est d’abord un massage de relaxation qui a pour finalité d’amener le sujet à l’état dit « alfa » (le cerveau émet des ondes alpha entre 7 Hz et 14Hz. État qualifié de « sophro-limital » en Sophrologie caycédienneR et proche de l’hypnose ericksonienne.), et de l’y maintenir au moins une partie du temps sans revenir à l’état de veille (bêta) ni succomber à l’endormissement (thêta).

Dans cet état, le massage pourra être plus « profond » et amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour obtenir des effets de « bien-être » dans la durée par « ancrage ».
Le massage-bien-être n’est thérapeutique en ce sens qu’il n’a pas pour objet de répondre à une pathologie identifiée, mais en « rééquilibrant le corps et l’esprit », il contribue à cet état général de santé avec un effet durable qui s’inscrit dans la personne massée.

Sur le plan physiologique, il est reconnu scientifiquement qu’en favorisant la trophicité, en éliminant les toxines, en rétablissant les équilibres fondamentaux… Cet état favorise les défiances immunitaires et a donc un effet préventif en matière de santé au-delà du sentiment de plaisir immédiat et de bien-être qui perdure.

Nous considérons que finalement, le massage-bien-être se constitue en une discipline autonome avec ses propres objectifs, ses propres techniques et ces propres valeurs sans pour autant être :

• Un modelage esthétique
• Destiné spécifiquement au sportif pour son intérêt sur le plan physique
• Thérapeuthique en ce sens qu’il ne répond pas à une pathologie somatique identifiée.

Cependant, cette définition quasiment a contrario entraine pour le praticien en massage bien-être de possibles conflits d’intérêts et juridiques avec les praticiens « aux frontières ». Elle introduit également la question de sa complémentarité avec les autres professionnels,  spécifiquement du massage, du bien-être ou de la santé en général.

Supplément d'infos : 

 

http://www.unizen.fr/blog/lexercice-de-la-profession-de-masseur-bien-etre